Études de cas
2 mai 2022

Reshoring et Nearshoring: stratégies émergentes dans la mode et le rôle de l'upcycling

Publié par

Jacopo Tronzano

Partager

Made in China tag on a USA flag

C'est toujours une question d'argent et de perception de la part du public. La chaîne d'approvisionnement de la mode a opté pour une stratégie quasi absolue de délocalisation à partir du début des années 90. C'était un choix basé principalement sur le coût de la main-d'œuvre et le taux de marginalité réalisable.

Tous les articles emblématiques de masse des trente dernières années ont été fabriqués en Chine, un choix basé principalement sur le coût de la main-d'œuvre et la marginalité.

Tous les articles emblématiques des 30 dernières années ont été fabriqués en Chine : Nike Jordans, t-shirts Guess, pantalons GAP et pulls Benetton. Mais depuis la moitié des années 2000, le coût de la main-d'œuvre en Chine s'est envolé, atteignant une croissance de +260% entre 2000 et 2016, ravivant ainsi la concurrence des États-Unis et de l'Europe.

Mais les salaires en Occident sont encore loin d'être les plus attractifs du secteur. La hausse des salaires chinois a conduit à l'émergence d'un nouveau pôle manufacturier en Asie du Sud (Vietnam, Cambodge, Indonésie) où les salaires sont encore inférieurs à 300$/mois

Cambodian fashion woman worker

Cependant, lorsque l'on calcule le coût de la chaîne d'approvisionnement d'une entreprise, le coût de la main-d'œuvre n'est pas la seule composante de l'équation. Le transport, la logistique, l'entreposage, le nettoyage et les taxes à la douane entrent également en ligne de compte, ce qui conduit à des situations imprévisibles telles que le Mexique offrant des coûts de fabrication plus intéressants que la Chine avant même la pandémie (du point de vue des États-Unis). Les soucis ne s'arrêtent pas aux coûts. La délocalisation pose d'autres casse-têtes: la baisse en qualité, de la production à la logistique, le vol de propriété intellectuelle dans des payes où il est plus difficile de faire respecter la justice, les mauvaises conditions en matière de normes de santé et de sécurité, les visites sur place qui entraînent d’importantes dépenses et les politiques monétaires qui peuvent fluctuer de manière excessive.

Le transport, la logistique, le stockage, le nettoyage, les taxes et le contrôle de la qualité sont des facteurs tout aussi importants à prendre en considération dans toute évaluation de la supply chain.

La délocalisation, dans un spectre plus large d'enquête, fait partie de l'approche non durable et non éthique de la production de la mode. Des catastrophes telles que l'incendie de Karachi en 2021 (300 morts), l'effondrement d'une usine à Lahore en 2015 (40 morts) et l'effondrement du Rana Plaza (plus de 1100 morts), d'innombrables interviews de travailleurs de l'industrie de la confection incapables de respecter des normes décentes et des témoignages lors d'événements tels que le Sommet de la mode de Copenhague, ont ébranlé la perception du public et modifient le comportement des marques et des consommateurs.

La somme de tous ces facteurs a fait que des marques basées aux Etats-Unis et en Europe ont testé de nouvelles lignes de production en les délocalisant ou en les approchant (New Balance, Fred Perry, FashionCube, Benetton…etc).

New Balance made in US

La mode upcycling répond naturellement à toutes ces nouvelles exigences du marché, en s'appuyant sur la production et l'approvisionnement locaux.

La place de la mode upcyclée dégageant de ce phénomène est pertinente. Presque toutes les marques d'upcycling mettent un point d'honneur à produire localement avec des tissus provenant principalement de points d'approvisionnement non éloignés. Et en tant que forme de néo-artisanat dans le secteur de la mode, l’upcycling peut être considéré comme une nouvelle vague, radicale, d'anti-mondialisation, du moins dans le sens de la fabrication (probablement pas lorsqu'il s'agit de trouver une nouvelle clientèle).

Tout cela a un coût pour les consommateurs, qui se traduit par un prix plus élevé imposé par la marque. La plupart du temps, cette hausse est suivie d'une augmentation de la qualité, d'une garantie de travail éthique et d'une attention accrue à la durabilité. Nous devrons simplement surveiller le marché pour comprendre s'il s'agit d'une tendance durable qui s'inscrit dans notre mode culturel d'achat de vêtements.

Burberry reshoring production in UK

Quelles seront, selon vous, les conséquences de ce virage stratégique vers le "nearshoring" ? Partagez votre point de vue en laissant un avis !

Publié par

Jacopo Tronzano

Partager

Collabore avec Stain

Vous souhaitez partager vos idées sur l'upcycling, la mode durable et le monde de la technologie ? Contactez-nous et envoyez-nous vos idées d'articles. Nous ferons en sorte qu'elles soient publiées sous votre nom !